27.5.16

Le Réservoir et l'opéra Bastille ♡




Le weekend de la Pentecôte, j'ai fait deux choses extraordinaires le dimanche. Je suis allée prendre un brunch au Réservoir avec maman et c'était juste merveilleux. 
L'ambiance est excellente. Il y a des groupes qui se produisent sur scène, et/ou des DJ.  Chaque weekend, on peut donc participer à un jazz-brunch. L'endroit est chaleureux, spacieux, et très agréable! Il s'agit d'une ancienne forge qui a été réaménagée en restaurant. Le décor néo-baroque est très réussi. On est souvent hyper bien installé dans de majestueux fauteuils princiers ou zébrés... La nourriture est excellente, les produits de saison, et souvent bio. Le buffet est gargantuesque et on se sert (ressert) à volonté. Les plats chauds côtoient les plats froids, les fruits, les pancakes au sirop d'érable... On se délecte de fruits de mer, de rôti de boeuf, de salades, de pommes de terre grenaille et autres mets délicats... C'est certainement l'un des meilleurs brunchs de la capitale! (le tout pour 25 euros!) Le risque, c'est de bouder tous les autres brunchs après avoir goûté celui-ci! 
Ce lieu est féérique! Allez-y! C'est une excellente adresse! (La programmation musicale vaut aussi le détour en semaine!)

16 rue de la Forge Royale
75011 Paris
♡♡♡

Ce jour-là, nous avons aussi eu la chance de trouver des places à la dernière minute pour le Chevalier à la Rose, un opéra de Richard Strauss qui se joue jusqu'au 31 mai à l'opéra Bastille. De nombreux sièges étaient d'ailleurs inoccupés et dès le premier entracte, nous avons pu nous placer au troisième rang. Nous avons pleinement profité de ce magnifique opéra pendant les trois heures restant!
Maintenant, j'espère aller voir la très attendue Traviata de Verdi qui se joue jusqu'à fin juin!
♡♡♡
Je vous souhaite une excellente fin de semaine.
Pour les fans de Comptoir des Cotonniers (comme moi), Brandalley a tendance à remettre du stock et à brader. Je viens de passer une 3ème (?) grosse commande... Je vous montre tout cela très vite!
xxx

Prince et Playmobil ♡


Pour le plus grand bonheur des petits (et des grands), Prince et Playmobil collaborent!
Mangez des gâteaux Prince (au chocolat, à la vanille, tout au chocolat ou aux multicéréales par exemple - je découvre ce dernier parfum et c'est juste délicieux!) et collectez les couronnes Prince sur les paquets de gâteaux jusqu'au 31 octobre 2016. Dix couronnes vous donnent droit à un jouet Playmobil!
Un autre jeu en ligne vous permet de déposer une photo mettant en scène des gâteaux Prince et des Playmobil et de gagner de très jolis lots (votre poids en Playmobil et en biscuits Prince si vous faites parti des finalistes!) 

Il se pourrait bien qu'on collectionne les dix couronnes sur les biscuits pour l'heure!

psssst: J'ai un cadeau pour vous!
Je suis très heureuse de vous faire gagner ce château Prince, dans lequel sont enfermés des biscuits Prince et bien sûr le superbe dragon vert Playmobil!
Pour cela, dites-moi:
- quel est votre parfum de Prince préféré: chocolat, tout chocolat, lait-choco, vanille ou multicérérales (pour n'en citer que quelques-uns) et quel serait votre Playmobil préféré (entre le grand magasin, le podium pour casting de mode, le corsaire, le pirate, le filibustier, fantôme, l'hélicoptère, la princesse... !)
A vous de jouer!
xxx
ps: A la réception et l'ouverture du colis, c'était la première fois que mon fils me disait qu'il était content que j'ai un blog!

23.5.16

Mauviette ♡


J'ai découvert tout récemment Mauviette, la magnifique marque de tatouages éphémères. Mauviette fait appel aux plus grands tatoueurs (tel Cockney) ou à de jeunes tatoueurs hyper talentueux, souvent issus de l'univers du graffiti pour ses tatouages.
Pour ma part, j'ai choisi ce tigre et je le porte depuis 5 jours et il demeure intact.
J'étais raccord pour accompagner Little Love déguisé en tigre samedi à un bal masqué au lycée Bergson.
 

Si vous aimez Mauviette, sachez que les tatouages sont vendus aux Galeries Lafayette ou sur le site de Mauviette.

ps: vous avez peut-être fait la nuit des musées? Avec Little Love, nous nous sommes régalés à La Villette. Le documentaire actuellement diffusé au planétarium sur la lune est sublime!

Bise et bonne semaine à tous!

20.5.16

Un mercredi entre copines: une expo et des boutiques ♡





Le RV était donné avec ma collègue Mireille à l'Orangerie pour voir l'exposition Guillaume Apollinaire. C'est Mireille qui enseigne le français qui pourrait vous raconter mieux que moi la teneur de cette expo. 
En fait, on a tellement parlé que j'ai gardé quelques vagues souvenirs... Apollinaire est en tout cas un auteur qui excelle dans l'art du calligramme, c'est à dire du poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin. Magnifique sa Tour Eiffel, non?

Ce jour-là, je suis tombée sur la boutique l'Equipée sauvage rue Saint Honoré et moi qui cherchait depuis longtemps un foulard coloré pour égayer mes tenues noires, ce fut chose faite! Vive le rose!

Mon look
Robe et veste Comptoir des Cotonniers
Foulard L'échappée anglaise
Chaussures Dr Martens noires (similaires ici)

17.5.16

Deux magnifiques expositions: The Velvet Underground et Gus Van Sant ♡

Où est Charlie Paristempslibre?
J'ai fait deux expos qui sont liées: the Velvet Underground à la Philharmonie de Paris et Gus Van Sant à la Cinémathèque.

J'ai adoré les deux. Pour la première, j'ai aimé prendre mon temps, écouter la musique du Velvet Underground (le groupe de rock mythique fondé en 1965 par Lou Reed et John Cale) sur des tapis ou des tabourets, m'imprégner d'une époque (les années soixante et soixante-dix), et d'une ville New York. L'exposition est tellement riche, la musique tellement relaxante que j'ai battu mon record de temps passé dans une seule expo: 3 heures! C'était génial!
On retrouve les influences littéraires du Velvet (Allen Ginsberg, William Burroughs, Jack Kerouac) et musicales (Ike and Tina Turner, Bo Diddley, Chuck Berry, James Brown, Sam Cooke, The Ronettes ou the Shangri-Las), le phénomène de contre-culture, les rencontres opportunes (de Lou Reed à John Cale, Sterling Morrison et Angus MacLise à Moe Tucker en passant par l'allemande Nico), et tous ceux qui ont gravité autour du Velvet, à commencer par Andy Warhol et la Factory qu'il mit à leur disposition, le photographe Fred McDarrah, photographe attitré du Village Voice (qui a sans cesse photographié Greenwich Village et le Lower East Side) ou l'artiste Gérard Malanga...
On retient des anecdotes amusantes. "Angus était le premier batteur du Velvet. Il est parti lorsqu'il a compris que pour un concert payé, il y avait des horaires à respecter. Et personne ne pouvait lui dire quand s'arrêter de jour. Etre musicien professionnel était donc impossible pour Angus. Il nous a donné une leçon de liberté d'esprit. Angus était un percussionniste de rêve, une personne de rêve." (Lou Reed)
On repart de l'exposition avec plein de magnifiques images, poèmes ou chansons en tête. J'ai d'ailleurs Sunday Morning qui tourne en boucle dans ma tête depuis dimanche...


A la Cinémathèque, "en parallèle", se tient l'exposition Gus Van Sant. J'ai découvert cette exposition dans le cadre d'une visite guidée (très privée puisque nous étions seulement 3!) réservée sur Mes Sorties Culture. J'adore ce site qui référence des centaines de visites guidées pas chers en France! Souvent, le prix d'une visite guidée équivaut pratiquement au prix d'une entrée normale à une exposition. Pour la Cinémathèque, la visite guidée vaut vraiment le coup puisqu'elle dure une heure trente et aide à mieux comprendre l'essentiel. Gus Van Sant est un cinéaste américain iconoclaste et surprenant. Il est capable de tourner à Hollywood des films grand public, tels Will Hunting ou A la recherche de Forrester et aussi de produire des films indépendants, tels Gerry, Elephant ou Last Days. Il a fait connaître Nicole Kidman grâce à son film Prête à tout, et a travaillé à plusieurs reprises avec River Phoenix, Matt Damon ou Ben Affleck. Si on devait trouver un fil conducteur à son oeuvre, ce serait sûrement la jeunesse désoeuvrée, en marge de la société. Dans l'exposition, on découvre aussi ses oeuvres plastiques ou musicales (polaroids pris lors de screen tests, aquarelles...). On croise ici aussi William Burroughs photographié mais aussi filmé par le cinéaste. Burroughs joue par exemple dans Drugstore Cowboy un prêtre toxicomane. L'autre héraut de la Beat Generation, Allen Ginsberg qui apparaît dès qu'on entre dans l'espace d'exposition du Velvet Underground à la Philarmonie est aussi mis à l'honneur puisque Gus Van Sant le filme en train de lire son poème Ballad of the Skeletons. Gus Van Sant, ose tout et nous offre même à voir un remake de Psycho d'Hitchcock. Les extraits de ses films, les photos exposées, les croquis préparatoires donnent envie de revoir tous ses films. (Je viens de voir Prête à tout avec une Nicole Kidman beaucoup plus jeune et déjà si talentueuse). Gus Van Sant adore la musique du Velvet Underground, et l'utilise d'ailleurs dans Last days, son film sur les derniers jours de Kurt Cobain.
Vive ces expos qui nous aident à tisser des liens!


Ce sont sans conteste les deux expositions en cours qui m'ont le plus touchée!
Et vous, quelles sont les expositions qui vous ont plu? Réservez-vous parfois des visites guidées (comme sur Mes sorties culture?)